Cinquantenaire

La faculté de médecine et de pharmacie de Grenoble, indissociablement liée à l’université Joseph Fourier, a hérité de son passé et au-delà de l’histoire tumultueuse de Grenoble et du Dauphiné. Elle a légué à ses ressortissants les vertus fondamentales de pugnacité, de créativité et d’ouverture avec une propension à la rébellion et au non conformisme qui l’ont parfois desservie dans ses soutiens mais qui lui ont permis d’être souvent à l’avant-garde des évènements marquants de l’histoire et de la science.

Il est étonnant qu’une petite ville de garnison, fortifiée et fermée sur elle-même par enceintes concentriques jusqu’au milieu du 19ème siècle, devienne une métropole accueillante et ouverte sur le monde, de renommée internationale en moins d’un siècle. Il est non moins étonnant qu’en dépit des calamités innombrables et des adversités constantes qu’elle a subies, elle ait pu rebondir, à chaque fois avec encore plus d’énergie et de détermination.

Des noms successifs lui ont été donnés depuis Cularo, bourgade gauloise habitée par les Allobroges ; Gratianopolis, ville fortifiée romaine en 381 ; Gragnovol qui témoigne de l’adoption du vocable franco-provençal en 1178 ; Grenoble en 1347 au moment du « transport » du Dauphiné au royaume de France et en l’honneur du fils ainé du roi de France qui prend le titre de Dauphin. Par la suite, pour caractériser ses malheurs successifs, elle fut dénommée « Gronoblo malherou » en 1740 par le poète François Blanc et illustrée un siècle plus tard par Diodore Raoult et aussi Grelibre sous la révolution pour remplacer le suffixe noble par libre.

Il est probablement vain de vouloir expliquer la réussite grenobloise à travers les péripéties de son histoire mais il est passionnant de découvrir une ville avec un passé aussi riche et avec si peu de vestiges apparents. Par rapport à beaucoup d’autres villes qui ont su garder la mémoire de leur histoire, peu d’édifices prestigieux ont été construits à Grenoble, probablement par crainte des inondations si fréquentes et destructrices. Mais aussi beaucoup de constructions ont été sciemment détruites pour rebâtir sans cesse la cité, ce qui fait penser que Grenoble a la tentation de faire table rase de son passé pour se tourner résolument vers son avenir.

Pr Jean-Jacques SOTTO
Septembre 2013

Retour sur la journée

Destins partagés

Auteur :
Pr J.J. SOTTO

Direction artistique :
Unberger

 

Frise historique

Auteur :
Pr J.J. SOTTO
Direction artistique :
Unberger