Élaborée peu à peu par Hippocrate (460 env. - env. 370 av. J.-C.) et les auteurs du Corpus Hippocraticum, ensuite par Galien (129 - env. 201 ap. J.-C.), cette théorie humorale a joué un rôle important dans l'histoire de la Médecine jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Elle reprend la théorie des quatre éléments d’Empédocle :
  • le feu (chaud et sec) ;
  • la terre (froide et sèche)  ;
  • l’air (chaud et humide) ;
  • l’eau (froide et humide).
Le mélange de ces quatre éléments se retrouve dans le corps humain, l’harmonie de l’Univers et la santé du corps étant liées à leur équilibre et à celui de leurs qualités. Ainsi, leur déséquilibre entraîne désordre dans le Monde et maladies humaines.

Aux tétrades des éléments et de leurs qualités correspondent celle des humeurs, sang, lymphe ou phlegme, bile, atrabile (bile noire) ou bile verte. On rééquilibre l'excès d'une humeur par des saignées, des purges, des ventouses, des diètes, un type d’alimentation en harmonie avec le tempérament du malade et son âge. Chaque aliment ou plante a des vertus froides ou chaudes, sèches ou humides.

Les étiquettes des plantes présentes dans ce jardin ont été rédigées à partir du livre de Rembert Dodoens, médecin de la Ville de Malines : « Histoire des plantes, en laquelle est contenue la description entiere des herbes, c'est à dire, leurs Especes, Forme, Noms, Temperament, Vertus et Operations : non seulement de celles qui croissent en ce païs, mais aussi des autres estrangeres qui viennent en usage de Medecine ». (en Anvers, de l’Imprimerie de Jean Loë, 1567)

Source : gallica.bnf.fr / BnF